# VOILA VOILA

Hello à tous et à toutes. 

Je sais ça fait a long time ago que je ne suis plus venue par ici. (Et je sais que je dis à chaque fois la même chose et qu'au final mes posts s'espacent de plus en plus. BREF)

J'ai fini par accouché tu sais (ouais dingue !) et en fait mon petit têtard me prend tout mon temps. Il y a des jours où je me félicite même d'avoir réussi à prendre une douche (ouais ça paraît cracra mais demande à toutes les jeunes mamans, si elles sont honnêtes elles te diront que j'ai raison #SoGlamourous)

Je ne m'attendais pas à ça

#Sooooocliché.

- Mais c'est vrai. T'es jamais vraiment préparé à la venue d'un bébé. Même si tu l'attends pendant neuf mois, même si t'as lu des tas de livres, même si t'as reçu des tas de conseils plus ou moins utiles. Ca fait BOUM dans ta vie, dans ton coeur, dans ta tête, dans ton corps, dans ton couple. Ca chamboule tout. 

Pour ma part, le premier mois a été très compliqué. Parce que tu dois totalement repenser ta façon de vivre déjà. Ensuite parce que j'ai vraiment fort ressentis la pression (sociale, familiale) vis à vis de moi et de cet enfant. Il faut dire que c'est le premier des deux familles. Il était très attendu de toutes parts. Du coup, on ne m'a pas vraiment laissé respirer et me poser avec mon fils. Ca a tout de suite été les visites, les "je peux le prendre?", les "on peut le voir?", etc. Ce que j'ai particulièrement mal vécu. Parce que je n'avais envie que d'une chose : être au calme avec mon fils que j'avais attendu pendant 9 mois (et dieu sait que la patience n'est pas franchement ma plus grande qualité n'est-ce pas)

Il y a des mamans qui le vivent très bien et qui adorent qu'on trimbale leur enfant comme une poupée, ce n'était pas mon cas. Je me suis découvert un tempérament très protecteur. Vis-à-vis de mon bébé et de ma nouvelle famille. J'avais un réel besoin de protéger ce nouveau cocon. 

 

Il faut dire que ce n'est pas facile. 

Je ne parle pas de l'accouchement (qui s'est très bien passé pour ma part, #DONOTWORRY). Je fais plutôt allusion à l'après accouchement. Les hormones qui jouent au yoyo, ton corps qui ne comprend pas forcément bien ce qu'il se passe. Le fait qu'il faille accepter que la grossesse, c'est fini. Que maintenant ton bébé est là. Le stress que cela te donne. Et toutes les émotions mélangées en même temps. Joie, tristesse, peur, euphorie, amour,...

Mais ça va beaucoup mieux, merci.

Parce que oui, il fallait bien que tout se stabilise un peu. Je commence (tout doucement) à gérer avec mon fils, à le comprendre mieux de jour en jour, à ne plus autant stresser, à relativiser par rapport à cette pression (toujours présente). Je reprends ma vie là ou je l'avais laissée mais avec un bonheur infini en plus. 

La prochaine fois

La prochaine fois (si prochaine fois il y a) je parlerai au préalable de ce que j'accepte ou n'accepte pas par rapport à mon bébé. Tant pis si ça vexe. C'est de ma famille dont il s'agit. 

Par contre si quelqu'un de ton entourage proche attend aussi un heureux évènement, je te conseille de sonder réellement cette personne pour savoir comment elle se positionne face aux visites, aux "je peux le prendre?", etc. Parce que quand on devient maman, on n'a pas toujours la force ou le courage d'assumer ses points de vue et ses opinions. 

Mais à part ça, je suis la plus heureuse des mamans. Mon fils est merveilleux et je l'aime plus que le soleil et les étoiles.